LES MÉDECINS

[ A+ ] /[ A- ]

Le Médecin Tant-pis allait voir un malade,
Que visitait aussi son confrère Tant-mieux,
Ce dernier espérait, quoique son camarade

Soutînt que le gisant irait voir ses aïeux.
Tous deux s’étant trouvés différents pour la cure,
Leur malade paya le tribut à Nature ;
Après qu’en ses conseils Tant-pis eût été cru.
Ils triomphaient encor sur cette maladie.
L’un disait, Il est mort, je l’avais bien prévu.
S’il m’eût cru, disait l’autre, il serait plein de vie.

Source : Édition Barbin et Thierry (1668-1694) – Livre V. Texte modernisé.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Post Popularity 0%  
Popularity Breakdown
Comments 0%  
Ratings 0%  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>