LE GEAI PARÉ DES PLUMES DU PAON

[ A+ ] /[ A- ]

Un Paon muait ; un Geai prit son plumage ;
Puis après se l’accommoda ;
Puis parmi d’autres Paons tout fier se panada,
Croyant être un beau personnage.
Quelqu’un le reconnut ; il se vit bafoué,
Berné, sifflé, moqué, joué ;
Et par Messieurs les Paons plumé d’étrange sorte :
Même vers ses pareils s’étant réfugié
Il fut par eux mis à la porte.
Il est assez de Geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent des dépouilles d’autrui :
Et que l’on nomme plagiaires.
Je m’en tais ; et ne veux leur causer nul ennui ;
Ce ne sont pas là mes affaires.

Source : Édition Barbin et Thierry (1668-1694) – Livre IV. Texte modernisé.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Post Popularity 0%  
Popularity Breakdown
Comments 0%  
Ratings 0%  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>